en fr
Mettre en valeur et diffuser la parole et l'histoire des gens ordinaires.
Accueil du site > Vidéos > Résistances > Les petits papiers > Sans-papières isolées, automne 2008 > La participation à la vie citoyenne donne des droits

La participation à la vie citoyenne donne des droits


"Les petits papiers", soirée-débat du 26 novembre au cinéma La Clef, 75005 Paris.

Maryse Tripier : les salariés sans papiers ont moins de droits.

Dans le cadre du Festival culturel sur les migrations, Migrant’scène 2008, organisé par la Cimade.

Les droits sont attachés à la participation sociale depuis la révolution française. Depuis les lois Pasqua, il y a rupture de ce principe fondamental avec l’idée de territorialité de la citoyenneté et beaucoup d’idées fausses sur l’immigration.

La vision utilitariste des personnes considérées comme des marchandises ne marche jamais car ils sont des acteurs sociaux.
Toute migration de travail, que l’on peut toujours imaginer provisoire, se transforme en migration de peuplement.

La France a toujours rendu difficile le regroupement familial. L’Europe devient pratiquement une frontière raciale.

La montée de la question des papiers comme condition minimale de lutte a émergé récemment.

C’est la participation à la vie citoyenne qui donne des droits.
Pratiquement, avec les sans papiers, on n’a pas le droit d’avoir des droits, une situation où l’accès aux droits est impossible.

Il devrait y avoir des droits attachés à toute personne qu’elle soit dans son pays ou dans le monde.

Pendant la guerre froide, l’ONU a pris une décision qui exprime que l’on n’a pas le droit d’interdire aux gens de sortir de leur pays, un premier pas vers une libre circulation. Mais, par contre, elle n’a jamais obligé les états à accueillir qui que ce soit.
Aujourd’hui, il y a marchandage entre pays d’accueil et d’origine.


60 textes de 3 auteur-e-s lus 22149 fois par 59553 personnes.